réforme des études de santé
Cursus pharmacie

Réforme des études de santé 2020 : suppression de la PACES

on
6 février 2020

Suite à la réforme des études de santé en 2020, la PACES laisse place à 3 voies d’accès différentes aux licences MMOPK (maïeutique, médecine, odontologie, pharmacie, kinésithérapie). La stratégie est de mise !

Contrairement à ce qui a été relayé dans les médias, la réforme vise plus à réorienter efficacement les étudiants non admis qu’à augmenter le nombre de places.  

 

Suppression de la PACES

La réforme des études de santé supprime la PACES, en place depuis 2010.
La PACES était une année commune au filières santé. Un redouté concours sanctionnait l’accès aux filières santé en fin d’année. Le redoublement était possible pour tenter d’obtenir la filière souhaitée.
En effet, près de 40 000 étudiants s’inscrivaient chaque année en PACES, dont seul un tiers obtenaient le concours vers une 2eme année.

 

La réforme des études de santé prévoit de nouvelles voies d’accès

Depuis le Lycée :

PASS : Parcours d’accès spécifique santé

Réforme des études de santé

source : www.enseignementsup-recherche.gouv.fr

Cette filière représentera entre 50 et 70% des admis en L2 selon les universités.
Elle se décompose d’une Majeure Santé (75% du volume horaire) et d’une mineure au choix de l’étudiant. Le choix de la mineure dépendra des listes de filières proposées par les universités.

 

LAS : Licence avec option santé

Les LAS représenterons entre 30 et 50% des admis en L2.
A l’inverse, elle se compose d’une Majeure au choix de l’étudiant, et d’une mineure santé.

Dans les deux filières, la première phase de sélection (admissibilité) se fera sur dossier. Les étudiants les plus brillants (Grands admissibles) seront admis directement en L2 MMOPK de leur choix.
Pour ceux ayant des résultats satisfaisants, ils passeront par la phase d’admission, avec des épreuves orales. Ils intègreront la L2 s’ils sont retenus.

En cas d’échec, plusieurs options possibles.
L’étudiant peut redoubler sa LAS, mais pas sa PASS.
L’étudiant peut continuer dans l’autre filière, et retenter d’intégrer la filière santé en fin de L2 ou L3.
Attention : seules deux tentatives sont permises.

Si l’étudiant a échoué à ses épreuves de Majeure ET de mineure, il devra se réorienter via Parcoursup.

 

Suite à des études paramédicales :

Les passerelles depuis les métiers paramédicaux existent déjà dans certaines facultés. Elles requièrent l’obtention d’un diplôme paramédical et quelques années d’expérience.
Le nombre de places est très limité !

 

Numerus apertus

L’accès aux filières santé sera toujours soumis à sélection !
En effet, les places en stage pour former les étudiants n’évoluent pas à la hausse, ni les capacités d’accueil des universités.
Le numérus clausus devient donc le numérus apertus. Le nombre d’étudiants admis en L2 sera fixé par chaque université selon ses capacités d’accueil, en collaboration avec l’ARS pour tenir compte des besoins de chaque territoire. Le nombre de places devrait relativement peu augmenter.

 

Mode de sélection

Si le « concours » disparaît, il y aura toujours des épreuves de notation des étudiants. Les QCM laisseront plus de place aux épreuves rédactionnelles et orales. Si meilleures notes riment avec meilleur classement… le concept reste le même.
Seulement, les choix stratégiques des étudiants peuvent payer. Les Mineures en PASS, ou Majeures en LAS, permettent aux étudiants d’obtenir de bons résultats dans les matières où ils sont le plus à l’aise. Et donc augmenter leurs chances d’accéder à la L2 grâce à de bonnes notes.

 

En bref :

– Des voies d’accès diversifiées
– Plus de place aux points forts des étudiants qu’au bachotage
– Une réorientation plus efficace grâce aux filières parallèles
– Une sélection toujours réelle

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT